INFO COVID-19 : Réouverture partielle de certaines agences aux professionnels (drive et / ou livraison). Voir la liste des agences ouvertes

Blocs béton : les incontournables de la construction

Le bloc béton ou parpaing est un élément de base dans de nombreuses constructions. Que ce soit pour monter un mur, réaliser une cloison ou encore un sous-sol, ce matériau a su se renouveler pour s’adapter aux projets les plus variés. Aux côtés du traditionnel bloc creux se sont développés de nombreux modèles aux caractéristiques techniques très diverses : blocs pleins, isolants, cellulaires, à bancher… Faisons le point !

Composition, dimensions, résistance… Anatomie du parpaing

Le bloc béton, également appelé parpaing ou moellon, est un matériau de construction fabriqué à base de ciment. Proposé en plusieurs dimensions et classes de résistance, il est couramment employé pour la construction de murs et de cloisons.

Blocs de beton, parpaings standards

Composition du bloc béton

Le bloc béton est constitué de :
•    granulats (gravier, sable, et pierres), pour environ 86 %.
•    ciment (mélange de calcaire et d’argile), pour environ 7 % dans le cas d’un bloc creux et 6 % dans le cas d’un bloc plein.
•    d'eau, pour le reliquat.

On distingue deux catégories de granulats :
•    Les granulats courants, lorsque leur masse volumique est supérieure à 2 t/m3 Les blocs béton de granulats courants sont réputés pour leur résistance mécanique.
•    Les granulats légers, de masse volumique inférieure à 2 t/m3. Les bloc béton de granulats légers se distinguent par leur performance thermique élevée. 

En termes de finition, le parpaing peut être :
•    À enduire, ou standard. La résistance d’un parpaing standard de granulats courants est identifiée par la lettre B ; dans le cas de granulats légers, elle est identifiée par la lettre L
•    Destiné à rester apparent, avec une face constituant le parement. La résistance du parpaing apparent de granulats courants est codifiée par la lettre P ; dans le cas de granulats légers, elle est codifiée par les lettres LP.


Dimensions et classes de résistance du parpaing

Les blocs bétons sont commercialisés dans différents formats et classes de résistance.

Dimensions
Les dimensions courantes des parpaings destinés à être habillés d’un enduit sont les suivantes :
•    Pour la hauteur (H) : 20, 25 et 30 cm ;
•    Pour la longueur (L) : 30, 40, 50 et 60 cm ;
•    Pour l’épaisseur (Ép) : de 7,5 à 35 cm par fraction de 2,5 cm.

Pour les blocs destinés à rester apparents, les dimensions du parpaing sont :
•    Pour la hauteur : 10, 15, 20, 25 et 30 cm ;
•    Pour la longueur : 10, 15, 20, 25, 30, 35, 40, 45, 50, 55 et 60 cm ;
•    Pour l’épaisseur : 5, 10, 15 et 20 cm.

Bon à savoir : dans le langage courant, le parpaing est souvent identifié par son épaisseur. On parle par exemple de « parpaing de 10 » ou encore de « parpaing de 15 » pour des blocs de respectivement 10 et 15 cm d’épaisseur.

Le parpaing de 10 conviendra pour une cloison alors que la construction d’un mur de façade nécessitera un bloc de 15 et celle d’un mur porteur un boc de 20.

Résistance 
De par leur fonction, les blocs béton doivent présenter une certaine résistance. Celle-ci est normée en fonction de la contrainte de rupture exprimée en bars rapportée à la section brute minimale du bloc.

Les classes de résistance des blocs destinés à être enduits et de ceux destinés à rester apparents sont indiquées dans le tableau ci-dessous :

  Bloc creux Bloc plein ou perforé
Bloc destiné à être enduit : granulat courant B40-B60-B80 B80-B120-B160
Bloc destiné à être enduit : granulat léger L25-L40 L35-L45-L70
Bloc destiné à rester apparent : granulat courant P60-P80-P120 P120-P160-P200
Bloc destiné à rester apparent : granulat léger LP40-LP55 LP45-LP70

Grille de lecture : la résistance d’un bloc standard de granulats courants B60 est de 60 kg par centimètre carré. Autrement dit, un mètre linéaire en blocs B60 offre une résistance de 60 tonnes.

Atouts
Le bloc béton est très répandu en tant qu’élément de construction en raison de ses nombreuses qualités :
•    Réalisé à partir de matières naturelles, il est 100 % recyclable,
•    Il est à la fois solide et incombustible (classement feu A1). De plus, il résiste bien aux intempéries et au vieillissement.
•    Il est réputé pour sa facilité d’emploi. 
•    Il constitue une solution abordable pour les petits budgets.
•    Enfin, le parpaing est la plupart du temps fabriqué localement. Cela garantit un approvisionnement rapide des chantiers et limite la consommation d’énergie liée au transport du produit fini.

 

Typologie des blocs béton

Creux, plein, à bancher, de format spécial, cellulaire… Le bloc béton se décline en de nombreux modèles.

Le bloc béton creux

Le bloc creux est composé d’alvéoles et présente deux extrémités creuses qui facilitent le garnissage des joints verticaux.
Il s’agit du bloc le plus couramment utilisé dans la construction d’un bâtiment. Il est destiné à la réalisation de murs (façade ou refend), de cloisons de séparation, ou encore de sous-sols enterrés.
Le bloc creux peut être posé de trois façons différentes :
•    Au mortier à joints épais, la technique la plus répandue,
•    À joints minces, au moyen d’un bandeau de colle d’épaisseur 1 mm,
•    Par emboîtement.

Parpaings creux alvéolés

Le bloc béton plein

Dense et lourd, le bloc plein est reconnu pour sa résistance qui en fait un matériau idéal en infrastructure : construction de mur porteur, de façade, ou encore maçonnerie de soubassement. Grâce à ses propriétés isolantes, il convient également en tant que cloison de séparation acoustique.

Bon à savoir : le bloc plein allégé est une alternative intéressante. Il présente des perforations verticales qui réduisent sa masse sans détériorer sa performance mécanique.

Pose de blocs de béton pleins

Le bloc à bancher 

Le bloc à bancher, ou bloc de coffrage, est un parpaing en forme de H. Creux et sans-fond, il s’utilise pour l’édification de mur de soutènement ou de coffrages perdus (construction de piscine, par exemple).

Le bloc à bancher est un matériau idéal pour construire un mur rapidement. Certains modèles sont adaptés à la construction en zone sismique. 

Pose de blocs à bancher

Les blocs béton de formats spéciaux

Le bloc en forme de U
Le parpaing en forme de U (ou de chaînage) est utilisé pour la réalisation des chaînages horizontaux des maçonneries ou pour recevoir un linteau.
Il est ferraillé horizontalement à l’aide d’une armature métallique, avant coulage de béton pour maintenir fermement l’ensemble.

Le bloc béton d’angle
Comme son nom l’indique, le bloc d’angle se place à un angle de l’ouvrage à construire. Il est alvéolé et présente un trou (carré ou rond) pour la réalisation des chaînages verticaux dans les angles des maçonneries.

Le bloc béton isolant
Le bloc béton isolant se caractérise par sa capacité d’isolation thermique bien supérieure à celle des blocs de granulats lourds. Sa résistance thermique (R) est supérieure à 1.
On rencontre deux types de blocs isolants :
•    Le bloc constitué de granulats légers,
•    Le bloc creux avec alvéoles garnies d’un isolant type laine de roche, polystyrène ou mousse de ciment. Sa résistance thermique est au minimum R>1 et peut atteindre jusqu’à R>2,5.
Bâtir un mur avec des blocs béton isolants, c’est optimiser l’efficacité énergétique du bâtiment.

Les blocs béton cellulaire

bloc béton cellulaire

Le bloc de béton cellulaire est composé de sable, de chaux, de ciment, et d’eau. On y ajoute une poudre d’aluminium qui lui donne sa structure alvéolaire.
Il est souvent comparé à une solution « monomur » en ce sens qu’il remplit à la fois le rôle de matériau porteur et d’isolant.
•    Il convient tant pour la construction de murs extérieurs que pour l’édification d’un mur intérieur,
•    Il est léger et facile à couper,
•    Le bloc béton cellulaire est également reconnu pour ses propriétés isolantes et sa capacité à réguler le taux d’humidité.
•    Il est enfin ignifuge.

 

La pose des blocs béton

Les blocs bétons se posent de deux manières différentes : au mortier pour joints épais, la technique traditionnelle, ou à joints minces. Le bloc à bancher fait quant à lui l’objet d’une mise en œuvre spécifique.

Pose des blocs à maçonner (joints épais)

pose bloc béton à maconner joints epais

Le pose au mortier pour joints épais est la technique traditionnelle d’élévation de mur. Elle est adaptée à la plupart des blocs béton, à l’exception du bloc béton cellulaire.
La mise en œuvre est réalisée en plusieurs étapes.

 (1) Pose du premier rang
•    Après avoir dessiné l’implantation des murs et préparé le mortier, veiller à humidifier le support.
•    Poser les deux blocs d’angle, face pleine sur le dessus. L’aplomb et le niveau des blocs doit être vérifié.
•    Étaler le mortier entre les blocs d’angle, sans le tasser. On l’égalise à l’aide d’une truelle et d’une taloche.
•    Les autres blocs sont posés en prenant soin d’aligner le haut du parpaing sur le cordeau qui aura été tendu sur la face extérieure du mur.
•    Remplir les alvéoles de mortier si les conditions le nécessitent et racler les joints.

 (2) Pose des rangs suivants
•    Déposer le mortier sur le rang précédent, en le répartissant de manière régulière de chaque côté à l’aide de la truelle et de la taloche. L’épaisseur du joint entre les deux rangées est comprise entre 1 et 2 cm.
•    Mettre en place les blocs, en commençant par les deux blocs d’angle et en les alignant au cordeau.
•    Le décalage des joints verticaux de deux assises successives doit être au minimum égal au tiers de la longueur de l’élément courant.
•    Vérifier régulièrement l’altimétrie, régler l’aplomb, le niveau et l’alignement.
•    Bourrer les joints verticaux au mortier.

(3) Le chaînage
•    Remplir l’intégralité du chaînage avec le béton.
•    S’assurer que l’enrobage des chaînages, qu’ils soient horizontaux ou verticaux, est au minimum de 10 mm.

Bon à savoir : les blocs à emboîtement vertical peuvent être mis en œuvre sans joint vertical maçonné. Cette technique est encadrée par le DTU 20.1, qui prévoit certaines exclusions (construction en zone sismique, notamment). Facile à mettre en œuvre, elle assure l’opacité de la paroi.

Pose des blocs à coller (joints minces)

Les blocs joints minces se caractérisent par leurs faces intérieure et extérieure rectifiées, ce qui les rend particulièrement lisses. Cette planéité autorise une pose à joints minces en mortier colle, de 1 à 3 mm d’épaisseur seulement. Le jointoiement est réalisé au moyen d’un applicateur.

Longtemps réservée aux blocs cellulaires, la maçonnerie à joints minces est désormais couramment retenue pour les blocs bétons. Cette technique présente plusieurs avantages : 
•    Une consommation de mortier divisée par 10 par rapport à la pose traditionnelle,
•    Une diminution du bruit et des émissions de poussières sur chantier, les bétonnières étant moins sollicitées,
•    Un réel gain en temps de main d’œuvre,
•    Une réduction des contraintes logistiques liées au transport de la colle.

À noter que la faible résistance thermique des blocs à coller impose l’usage systématique d’un isolant de performance élevée lors de la construction de murs extérieurs.

Pose des blocs à bancher

La construction du mur à l’aide de blocs à bancher se fait par empilement des parpaings. On procèdera de la manière suivante :

•    Appliquer de préférence un lit de mortier sur le support, pour assurer une meilleure prise au sol. 
•    Poser la première rangée de blocs à bancher.
•    Ferrailler les blocs horizontalement et verticalement.
•    Couler le béton directement dans les poches verticales des parpaings.

La mise en œuvre associant ferraillage des blocs et coulage de béton dans les parpaings confère une grande solidité à l’ouvrage.

 

Principales normes en vigueur pour les produits en béton

La conformité des produits aux normes est garantie par la marque NF Blocs en béton. Celle-ci impose, comme pour tous les autres produits en béton, la mise en place d’un système qualité par le producteur. Les principales normes NF sont les suivantes :
•    NF P 14-101 : blocs en béton pour murs et cloisons : définitions.
•    NF P 14-402 : blocs en béton pour murs et cloisons : dimensions.
•    NF P 14-301 : blocs en béton de granulats courants. 
•    NF P 14-304 : blocs en béton de granulats légers. 
•    NF P 14-102 : blocs en béton destinés à rester apparents.

Les ouvrages en maçonnerie de petits éléments parois et murs sont par ailleurs encadrés par le DTU 20.1.

 

 

Lexique autour des blocs béton

Altimétrie Mesure de la hauteur de divers points d’une construction par rapport à un plan de référence.
Aplomb Parfaite verticalité d’un élément.
Chaînage Renfort d’acier placé en périphérie d’une construction. On distingue les chaînages horizontaux, qui ceinturent chaque étage au niveau des planchers, des chaînages verticaux, qui encadrent les parois aux angles des constructions et au droit des refends.
Cordeau Cordelette permettant de vérifier la rectitude de l’ouvrage.
Linteau : élément de construction fermant le haut d’une baie et destiné à soutenir la maçonnerie.
Linteau Elément de construction fermant le haut d’une baie et destiné à soutenir la maçonnerie.
Monomur (ou Isolation Thermique Répartie) Technique d’isolation d’un bâtiment neuf, reposant sur l’usage de matériaux de construction à hautes performances thermiques (terre cuite alvéolée, bloc de béton léger, béton cellulaire), sans l’ajout d’isolant supplémentaire.
Refend Mur porteur intérieur, ne faisant pas partie des murs de ceinture. 
Résistance thermique (R) Mesure de la performance isolante d’un matériau (c’est-à-dire sa résistance à un flux de chaleur), exprimée en m2.K/W. Plus R est élevé, plus le matériau est isolant.
Soubassement Partie inférieure des murs qui repose sur une fondation.
  • Goutte de géolocalisation

    Plus de 800 agences et 120 showrooms

  • Icone pouce levé

    30 jours pour changer d'avis*

    * voir les conditions en agence

  • Icone check orange

    Paiement CB sécurisé

  • Icone chronomètre

    Retrait rapide