Exclusivité web de la rentrée : jusqu’à -80€ HT sur l'intégralité du site - Voir l’offre

L’isolation thermique des murs par l’extérieur (ITE)

Dans le contexte actuel de lutte contre le réchauffement climatique et d’augmentation de la facture énergétique, l’isolation du bâtiment revêt toute son importance. L’isolation thermique par l’extérieur (ITE) s’est imposée comme une solution de premier choix pour améliorer les performances énergétiques d’une habitation. Cette technique aux nombreux atouts est encadrée par un strict cahier des charges. Visite guidée !

L’ITE : définition et atouts

Si l’ITE s’est développée très rapidement depuis quelques années en neuf comme en rénovation, c’est avant tout en raison de ses multiples points forts : réduction de la facture énergétique, possibilité de rénover sa façade tout en l’isolant et sans empiéter sur l’espace de vie, respect des exigences réglementaires. 

Qu’est-ce que l’isolation par l’extérieur ?

L'ITE regroupe l'ensemble des techniques visant à limiter, par l’extérieur, les transferts thermiques entre les murs et l’intérieur d’un bâtiment. Elle se réalise par la pose d’un isolant, recouvert d’un revêtement de finition (enduit de façade ou bardage extérieur). 

L’isolation thermique par l'extérieur permet de constituer un véritable manteau isolant continu autour d’une construction. L’isolation thermique par l’extérieur contribue ainsi au maintien d’une température homogène dans le logement, hiver comme été.

Isoler par l’extérieur, une technique aux multiples atouts

Suppression des ponts thermiques, rénovation de façade, avantages fiscaux… le point sur les nombreux avantages de l’ITE.

Suppression des ponts thermiques et protection des murs

Les ponts thermiques sont des ruptures d'isolation dans l’enveloppe du bâtiment, entraînant une moindre résistance thermique. De nombreuses zones y sont sujettes dans une habitation :
•    La liaison des murs avec le plancher,
•    Le long des ouvertures,
•    La liaison des murs de refend avec le sol.

Traiter les ponts thermiques d’une construction existante est complexe, car ils sont une partie intégrante du bâti. Une des solutions les plus efficaces pour en venir à bout est l’ITE. Réalisée dans les règles de l’art, l’isolation par l’extérieur assure en effet une bonne régularité de l’enveloppe.


ITE : l’enjeu de l’isolation par l’extérieur

En stabilisant la température de la maçonnerie, l’ITE réduit également le risque de fissures dans le bâtiment.

Bon à savoir : supprimer ce soulignement : Pour une suppression optimale des ponts thermiques, il est impératif de traiter les points singuliers de la façade.

Économies budgétaires 

Isoler son habitat est une condition essentielle d’un environnement économe en énergie. L’ITE offre à ce titre un double avantage :

•    Une réduction significative de la facture énergétique. L’agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie (ADEME) évalue les déperditions de chaleur par les murs d’un bâtiment non isolé entre 20 et 25 %.
•    Un droit à deux dispositifs fiscaux :
o    Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE). Cette mesure octroie un allègement fiscal de 30 % sur certaines dépenses de rénovation de l’habitat, dont l’isolation.
o    Le Prêt à taux zéro (PTZ), qui permet de financer les travaux de rénovation énergétique des logements à des conditions préférentielles.

Absence d’impact sur la surface habitable 

Les travaux d’ITE engagés à l’occasion d’une rénovation n’ont pas de conséquence sur la qualité de vie des occupants. Isolants, bardages et accessoires sont placés à l’extérieur, sans empiéter sur la surface habitable.

Il s’agit là d’un avantage non négligeable par rapport à une isolation par l’intérieur (ITI).

Rénovation de façade 

S’engager dans des travaux d’ITE en réhabilitation, c’est également l’occasion de repenser sa façade extérieure. Cette technique permet en effet d’effectuer simultanément une isolation thermique par l’extérieur et une rénovation sans intervention dans les locaux occupés.

En fonction du procédé d’ITE retenu, le parement de façade pourra prendre la forme d’un enduit ou d’un bardage isolant.

 Conformité aux exigences de la RT 2012

La réglementation RT 2012 a pour objectif de limiter la consommation d’énergie primaire des bâtiments neufs à un maximum de 50 kWhEP/(m².an) en moyenne. Correctement mise en œuvre, l’ITE d’une construction neuve permet d’y répondre en :
•    réduisant significativement les déperditions thermiques des façades en hiver et les surchauffes en été,
•    traitant l’étanchéité à l’air par la pose d’une membrane (dans le cas d’une ITE sous bardage).

Bon à savoir : la RT 2012 sera remplacée par la RT 2020 à compter du 1er janvier 2020. Cette nouvelle réglementation s’adressera particulièrement aux bâtiments à énergie positive ou passive (Bepos), qui produisent plus d’énergie qu’ils n’en consomment.

 

Sous enduit ou sous bardage rapporté : les procédés d’ITE à la loupe

L’ITE d’un mur peut être réalisée selon deux techniques distinctes : sous enduit, aussi appelée filière humide, et sous bardage, également dénommée filière sèche. Vêture et vêtage constituent enfin deux alternatives au bardage.

 L’ITE sous enduit

Dans ce procédé, l’isolant est recouvert d’un mortier de base armé revêtu d’un enduit de finition. Plusieurs natures d’isolants peuvent être employées selon la technique de pose retenue.

ITE sous enduit avec isolant PSE

 Quels isolants ?

Les cinq principaux isolants utilisés lors d’une ITE sous enduit sont les suivants :
•    Le polystyrène expansé (PSE) blanc, de conductivité thermique lambda 38. Il s’agit de la solution la plus économique et la plus courante lors d’une ITE sous enduit.
•    La laine de roche, de conductivité thermique lambda 36. Elle offre également une bonne protection contre le feu.
•    Le polystyrène expansé graphité gris, de conductivité thermique lambda 31 ou 32.
•    La mousse résolique de conductivité thermique lambda 22. C’est l’isolant le plus performant du marché.
•    Le panneau de fibres de bois, pour solution écologique d’isolation par l’extérieur. Sa conductivité thermique est satisfaisante (38 en moyenne dans la filière bois), quoique généralement inférieure aux isolants précédents.
Bon à savoir : pour une isolation de qualité, l’épaisseur de la laine de roche ou du PSE devra être comprise entre 15 et 20 cm.
Deux catégories d’enduits sont mises en œuvre dans une ITE :
•    L’enduit minéral, pour un aspect traditionnel. Il est apprécié pour sa bonne tenue dans le temps.
•    L’enduit organique, également appelé revêtement plastique épais (ou RPE). Il est fréquemment utilisé en raison de sa simplicité d’emploi et de sa résistance au ruissellement.

Comment poser l’isolant ? 

Les trois techniques de pose les plus courantes dans le cadre d’un ITE sous enduit sont la pose collée, la pose calée-chevillée et la fixation mécanique.

Technique n° 1 : la pose collée

Pose collée d’un isolant thermique

Cette technique consiste à coller directement l’isolant sur le support. L’application de la colle s’effectue en plein, par plots ou par bandes.

Trois isolants sont compatibles avec cette pose : 
•    le PSE blanc, 
•    le PSE graphité gris,
•    les panneaux en fibres de bois. 

Bon à savoir : la pose collée est déconseillée en rénovation en raison des fréquentes irrégularités de support et autres traces d’anciens revêtements.

Technique n° 2 : la pose calée-chevillée

Pose calée-chevillée d’un isolant thermique

Plus technique que la pose collée, la calée-chevillée est appréciée pour deux avantages majeurs :
•    Elle convient sur des supports irréguliers, ce qui en fait une technique idéale en rénovation,
•    Elle est compatible avec tous les types d’ITE, quelle que soit la nature de l’isolant et le type de support.

L’isolant est fixé sur la paroi en deux étapes :
•    dans un premier temps par encollage du panneau, 
•    dans un second temps, après séchage du mortier de calage, par fixation à l’aide de chevilles à frapper ou à visser.

Pour éviter les ponts thermiques, les chevilles sont recouvertes par une pièce de même nature que l’isolant.

Technique n° 3 : la pose par fixation mécanique

La pose de l’isolant peut également être réalisée par fixation mécanique sur rails, sans calage préalable. Les rails en PVC pré-percés sont fixés sur le support à l’aide de chevilles à frapper.

À noter que seul le PSE blanc est compatible avec cette méthode.

L’ITE sous bardage rapporté

L’ITE sous bardage rapporté

Cette technique d’isolation par l’extérieur qui convient en neuf comme en rénovation consiste à envelopper un mur d’un manteau isolant. Elle offre l’avantage d’habiller la façade extérieure du bâtiment tout en améliorant le confort thermique de l’habitation. 

 Comment est-elle mise en œuvre ?

Le système se compose d’une ossature bois ou métallique solidaire du bâti grâce à des pattes équerres, sur laquelle est fixé le bardage. L’isolation thermique est réalisée par l’insertion d’une ou deux couches croisées d’isolant entre l’ossature et la structure porteuse.

À noter qu’une lame d’aire ventilée d’au moins 2 cm est toujours aménagée entre l’isolant et le bardage. Elle permet l’évacuation de l’humidité provenant d’infiltrations ou d’éventuelles condensations.

Quel isolant choisir ?

Tous les isolants cités dans la technique de l’ITE sous enduit sont compatibles avec l’ITE sous bardage. Le plus couramment employé est la laine de verre, notamment en raison de ses propriétés anti-feu.

Quels avantages associés ?

Si la technique est plus complexe à mettre en œuvre que celle de l’ITE sous enduit, elle présente de nombreux atouts : 
•    un vaste choix de matériaux de bardage : bois (massif ou contreplaqué), métal, fibres ciment, clins PVC, ardoise ou encore terre cuite.
•    ...et de formats : panneaux, lames horizontales ou verticales, plaquettes…
•    une mise en œuvre possible sur façade irrégulière.
•    un traitement de l’étanchéité à l’air, conforme aux exigences de la RT 2012.
•    une protection efficace de l’isolant.

Le point sur deux procédés spécifiques : vêture et vêtage

Solutions alternatives au bardage, les systèmes de vêture et de vêtage sont mis en œuvre directement sur le bâti. Ils se distinguent du bardage par l’absence de lame d’air ventilée entre l’isolant et le revêtement.

•    La vêture est un revêtement extérieur composé d’un isolant et d’une plaque de parement. Elle convient en neuf comme en rénovation. 
•    Le vêtage est destiné à la rénovation d’anciens systèmes d’ITE. C’est un ensemble de parements sans isolants qui se posent directement sur la structure porteuse.

Le traitement des points singuliers en ITE

Réussir une bonne ITE, c’est également savoir identifier et traiter les points singuliers. Cette notion caractérise une zone du bâti susceptible de remettre en cause la continuité de l’étanchéité et donc de l’isolation. Parmi les points singuliers les plus fréquents, citons :
•    Les soubassements ,
•    L’encadrement de baies et d’ouvertures,
•    Les seuils de portes,
•    Les balcons,
•    Les angles d’ouvertures, en façade et en tableau
•    Les points singuliers de jonction, entre façade et plancher, façade et refend, ou encore façade et toiture.

Leur traitement est indispensable sous peine de multiplier les ponts thermiques et de nuire à l’efficacité du système d’ITE.

 

Bien choisir sa solution d’ITE

Le premier tableau ci-dessous présente les solutions qui peuvent être retenues en fonction du support, du procédé et du mode de pose. Le second est un guide de choix de l’isolant en fonction de sa résistance thermique, en ITE sous enduit comme sous bardage.

Isolation thermique par l’extérieur : les solutionsChoisir son ITE : le guide

 

Cahier des prescriptions techniques (CPT) applicables

  • Cahier du CSTB 3316 V2 (et son modificatif 3422) : Ossature bois et isolation thermique des bardages rapportés faisant l’objet d’un Avis Technique ou d’un constat de Traditionnalité - Règles générales de conception et de mise en œuvre.
  • Cahier du CSTB 3586 V2 : Ossature métallique et isolation thermique des bardages rapportés faisant l’objet d’un Avis Technique ou d’un Constat de Traditionnalité.
  • Cahier du CSTB 3035 V2 : Isolation thermique extérieure par enduit sur isolant PSE : mise en œuvre sur parois en béton ou en maçonnerie.
  • Cahier du CSTB 3194 : Ossature métallique et isolation thermique des bardages rapportés faisant l'objet d'un Avis technique ou d'un Constat de Traditionnalité - Conditions générales de conception et de mise en œuvre.

 

 

 

 

Lexique

Cheville à frapper : cheville avec clou plantée directement au marteau dans la paroi.

Cheville à visser : également appelée autoforeuse, cheville se vissant dans la paroi.

Clin : désigne une planche en bois ou métallique posée à recouvrement sur la rangée inférieure pour assurer l’étanchéité à l’eau. 

Conductivité thermique (λ) : grandeur physique caractérisant le comportement des matériaux lors du transfert thermique par conduction. Notée lambda, elle est exprimée en W/m.K (Watt par mètre par Kelvin) : plus le lambda est faible, meilleure est l’isolation.

Mousse résolique : mousse rigide composée de produits dérivés du pétrole aux excellentes propriétés isolantes. 

Refend : mur porteur intérieur, ne faisant pas partie des murs de ceinture.

Résistance thermique (R) : grandeur physique caractérisant la capacité d’un matériau à résister au froid et à la chaleur. Notée R, elle est exprimée en m².K/W (Kelvin par Watt) : plus le R est élevé, meilleure est l’isolation.

Soubassement : partie inférieure des murs qui repose sur une fondation.

Devis travaux

Trouvez un professionnel qualifié près de chez vous et obtenez jusqu’à 4 réponses pour vos devis travaux.

Demander un devis gratuit

A lire également :

Ouvrier qui pose un plancher en bois

Mise en oeuvre du plancher : comment procéder ?

Qu'il soit en bois, en béton ou en acier, découvrez comment mettre en œuvre votre plancher dans de bonnes conditions.

Lire la suite
Comble aménagé en cours d'isolation avec fenêtre de toit

L’isolation des combles aménageables

Isoler la toiture de ses combles aménageables est une nécessité. Que ce soit par l’intérieur ou l’extérieur, on vous dit tout !

Lire la suite
Barre d'appui dans une salle de bain

Solutions pour personnes à mobilité réduite

La sécurité des personnes à mobilité réduite (PMR) doit être prise en compte dans l’aménagement de l’habitat. Focus sur les solutions à disposition.

Lire la suite
  • Goutte de géolocalisation

    Plus de 800 agences et 125 showrooms

  • Chariot produit

    100 000 références commandables en ligne

  • Icone pouce levé

    Commande web traitée par votre agence

  • Icone chronomètre

    Retrait rapide en agence ou livraison en 48h